« La navette parlementaire | Accueil | Texte intégral du projet de loi »

Commentaires

A François,

Le projet de Loi ne concerne que les aspects civils du droit des successions et des libéralités.

Toute disposition fiscale relève des lois de finances votées chaque années à l'automne par le Parlement, ceci afin d'éviter que d'autres Lois viennent bousculer des "équilibres" budgétaires souvent fragiles.

Monsieur le rapporteur,

félicitations pour votre initiative ! Je voudrai cependant poser une question n'est il pas souhaitable de réduire le taux d'imposition à 40 % au lieu de 60 % pour une sucession sans liens de sang?
Dans certains pays de l'union les taux font concurrence à ceux de chez nous?
Y aura t- il un changement ?
Merci de votre attention

François.

oui, j'avais en effet pensé déposer un amendement qui permette d'aller plus loin, c'est-à-dire jusqu'aux actes de disposition. Mais après réflexion, il apparaît que cela constituerait pour les indivisaires minoritaires une atteinte à leur droit de propriété lequel droit est protégé par la Constitution. Aussi, une telle disposition pourrait-elle attirer les foudres du Conseil Constitutionnel et être annulée...

Monsieur le Rapporteur,

Vous exprimez votre désir d’innovation en matière de démocratie directe en sollicitant les commentaires de vos concitoyens. Je vous prie donc de prendre connaissance du message ci-après :

La version actuelle du projet de loi portant réforme des successions et des libéralités en son article 2, section 4 traitant de l'indivision en usufruit, dispose notamment que :
"les indivisaires titulaires d'au moins les deux tiers des droits indivis peuvent, à cette majorité, effectuer les actes d'administration des biens indivis".
Pour ce qui concerne les actes de disposition, et à l'exception des biens meubles dont la disposition permet de faire face aux charges et dettes, le projet propose le maintien de la règle de l'unanimité des indivisaires.
Il paraît décevant de restreindre ainsi la portée de ces nouvelles règles de majorité. En effet : nombreuses sont les situations actuellement bloquées faute de recours à une décision de justice ; délicates sont lesdites actions en justice en ce qu'elle font s'opposer judiciairement des membres d'une même famille ; préjudiciables à l'activité économique nationale et nuisibles aux rentrées fiscales sur mutations sont les conséquences de tels statu quo ; dommageables à l’entretien du patrimoine immobilier sont ces demeures abandonnées...
Afin que le texte en cours d’élaboration ait une portée à la hauteur des objectifs de réforme exposés, ne conviendrait-il pas de prévoir que l’extension de la nouvelle règle de la majorité des deux tiers trouve à s’appliquer aussi à tous les actes de disposition ?
Je vous remercie pour votre attention. Avec mes respectueuses salutations.

On ne peut en effet que soutenir de telles mesures qui visent à transmettre aux enfants ou aux héritiers ce que les parents ont parfois mis toute leur vie à amacer. Et on peut tout à fait comprendre que ce pourquoi ils se sont battus toute leur vie, profite à leurs descendants et qu'ils puissent se dire, au crépuscule de leur vie, qu'ils sont arrivés à batir quelque chose qu'ils laissent derrière eux. Je n'ai par conséquent qu'un mot à vous dire: continuez dans cette voie!!!!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.